Chef de projet digital, un métier essentiel pour coordonner les professionnels du web

Pour tirer profit des innovations web, les entreprises recrutent des professionnels de plus en plus spécialisés. En parallèle, pour gérer ces experts, le « chef de projet digital » a le vent en poupe. Son rôle : s’appuyer sur les compétences spécifiques de ses collègues et des partenaires externes (agences, freelances…) pour que les projets se concrétisent. Pour en savoir plus sur ce métier, nous avons rencontré trois chefs de projet digital : Amaury Bargibant, Aude Ducret et Laurent Dessi. Ils exercent aujourd’hui ce métier après avoir suivi la formation dispensée par l’IFOCOP.

Le quotidien du chef de projet digital

Quand on demande aux professionnels d’un même métier du web de présenter leur quotidien, les réponses diffèrent beaucoup selon les secteurs d’activité et la taille des entreprises. C’est aussi le cas pour les chefs de projet digital. Amaury travaille dans une start-up et embrasse les méthodes utilisées par ce type de structure. “Le fonctionnement en mode Agile permet d’avoir de nombreuses interactions avec les acteurs du projet, contrairement aux méthodes traditionnelles où tout passe par des documentations exhaustives et des relations très contractualisées”.

Il recueille les besoins du product owner, les analyse, apporte son expertise sur la pertinence, l’amélioration, la faisabilité, les coûts et les délais. Il rédige les user stories en collaboration avec les experts métiers et utilisateurs pour faciliter le travail des développeurs. “À cette étape, j’échange beaucoup avec les équipes opérationnelles, en interne et en externe. Je veille aussi au respect du budget, je planifie la mise en production des fonctionnalités opérationnelles et j’effectue une revue de priorités quand une fonctionnalité est approuvée”.

C’est une manière d’exercer ce métier, d’autres l’appréhendent autrement. Aude gère ainsi plusieurs projets et accompagne ses clients. Elle synchronise les actions entre différentes spécialités, des maquettes et wireframes à l’optimisation du référencement, en passant par le community management et l’élaboration des écrits web. “En tant que coordinateur, nous devons piloter tout en ayant une bonne culture des nouvelles technologies. La polyvalence est le cœur de notre métier”. Laurent la rejoint sur cette gestion des différents métiers : “le chef de projet digital chapeaute les intervenants qui participent au projet, afin d’assurer une coordination optimale du travail de chacun”. Il jongle entre les reportings, les diagrammes de Gantt, l’élaboration de buyers persona, l’analyse UI/UX…

Pour réussir à coordonner ces experts, le chef de projet digital doit être curieux et “avoir des connaissances plus que rudimentaires du quotidien de chacun des acteurs qui vont participer au déploiement du projet”. Il s’agit de comprendre, d’interpréter les besoins et d’être l’interface auprès du client : le chef de projet digital n’est donc pas forcément issu d’une formation ou d’une carrière technique. “Un chef de projet technique connaît mieux les aspects techniques des projets et sollicite moins les développeurs ; mais un chef de projet généraliste challenge plus facilement les idées et se repose sur son équipe technique pour les délais et la faisabilité”. Comme le résume Aude : “le chef de projet est comme un chef d’orchestre, il connaît la musique de chaque instrument sans en jouer forcément de tous”.

Les compétences du chef de projet digital

Un bon chef de projet digital dispose d’un mix de hard skills et de soft skills : des bases en langage de programmation (HTML, CSS…), des compétences en marketing digital et en management transversal, un esprit d’analyse, une capacité à comprendre les enjeux techniques, une solide culture du monde numérique et une grande ouverture d’esprit. À noter également que “l’anglais n’est pas un plus, mais un pré-requis”. La capacité à mettre en place et travailler selon certaines méthodologies (Agile, Scrum…) est de plus en plus important.

Pour “être capable de comprendre un besoin métier pour ensuite le traduire en cahier des charges”, il doit aussi disposer de qualités humaines : sens de l’organisation, très bon relationnel, gestion du stress, polyvalence, autonomie, rigueur, réactivité, curiosité et diplomatie, pour comprendre les contraintes et les priorités de chacun. “Un chef de projet digital doit être polyvalent et aimer l’être : certaines personnes dont le périmètre est très encadré s’en satisfont très bien, le chef de projet digital doit être de nature à apprécier les changements et la richesse de son quotidien”.

La formation et l’expérience des professionnels du digital sont essentielles mais elles ne doivent pas être considérées comme des acquis : le numérique évolue vite, les chefs de projet digital doivent régulièrement se “mettre à jour”. “Il est important de construire une veille technologique pour s’informer des tendances web auprès de la presse spécialisée. Certains sites de référence doivent devenir des réflexes de lecture. Les réseaux sociaux sont aussi un excellent terreau où venir puiser de l’information sur les évolutions du digital. La curiosité est la qualité première du chef de projet digital : pour ne pas se laisser dépasser par les avancées du numérique, il doit chercher des tutoriels, des formations en ligne, pour “rester dans le coup” en se formant régulièrement”. Nos interlocuteurs conseillent aussi d’approfondir ses connaissances via des MOOCs et d’utiliser son CPF pour se former. “Votre entreprise peut contribuer au financement de votre formation, il ne faut surtout pas avoir peur de le demander à son employeur. Cette demande est généralement bien accueillie car elle démontre votre motivation et votre envie de vous dépasser”.

La carrière du chef de projet digital

C’est une bonne situation ça, “chef de projet digital” ? Sur le marché du travail, la réponse est oui. “La digitalisation est une tendance de fond, suffisamment prononcée pour que celle-ci soit au cœur des préoccupations de chaque entreprise. Que ce soit en agence web ou chez l’annonceur, ce métier a le vent en poupe, de nombreuses offres d’emploi sont à pourvoir. Quelques expériences convaincantes en fin d’études peuvent permettre à l’aspirant chef de projet digital de faire ses preuves et de revendre sans aucun mal son expérience sur le marché. Avec l’émergence des nouveaux métiers du digital et la hausse du niveau d’expertise, les entreprises du web ne peuvent se passer de chefs de projet. Pour celles qui sont peu digitalisées, intégrer ce métier permet d’amorcer une transformation fiable et pérenne”.

Pour faire la différence, voici quelques conseils :

  • Une spécialisation identifiée (marketing, CRM, éditorial…) et liée à l’offre d’emploi visée est un plus pour le candidat.
  • Il ne faut pas hésiter à prouver ses compétences, comme le ferait un graphiste ou un développeur, en présentant ses projets précisément.
  • N’hésitez pas à développer les problématiques rencontrées et comment vous et votre équipe les ont surmontées.
  • Montrer au recruteur qu’on est à la page dans le secteur numérique et qu’on connaît les tendances actuelles est important.
  • Le chef de projet digital est une interface : il doit démontrer sa capacité à traduire « concrètement » des spécificités techniques
  • Concernant les soft skills, le chef de projet digital doit rassurer le recruteur et lui prouver qu’il saura être suffisamment ouvert, disponible, sociable mais également capable de trancher pour faire avancer les projets.

Et après ? Plusieurs possibilités s’offrent au chef de projet digital, en fonction des structures. Il peut évoluer “vers le haut” et devenir Directeur de Projets, voire Directeur des Systèmes d’Information s’il a une appétence technique. Il peut aussi affiner ses soft skills et devenir consultant ou Directeur conseil. Dans certains cas, les chefs de projet digital se spécialisent dans le community management, le SEO, ou le business dévelopment grâce à des formations complémentaires pour acquérir les compétences qui leur font défaut.

Par Thomas Coëffé

Source

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Les métiers du Digital, Transformation Digitale