Rémunérations 2017 : le marketing digital en effervescence

Salaires en hausse, offres supérieures à la demande … les clignotants sont au vert pour certaines fonctions du marketing digital mais les postes se complexifient. 67 PARTAGES Imprimer Le rapport entre la technologie et l’analyse de données influence de plus en plus l’évolution des fonctions du secteur digital dans son ensemble et du marketing digital en particulier. ” Les postes qui nécessitent des compétences en chiffres et en capacité d’analyse afin de comprendre le comportement des consommateurs et d’affiner les stratégies ont le vent en poupe “, explique Christophe de Bueil, manager de la practice digital chez Robert Half.

Des hausses spectaculaires

Parmi eux, les plus fortes augmentations de salaire concernent les responsables social media. Les candidats juniors (0 à 3 ans d’expérience) voient ainsi leur rémunération augmenter de 15%. Ils peuvent prétendre à des salaires annuels compris entre 40 000 et 50 000 euros. Les profils confirmés, eux, peuvent prétendre à une rémunération qui oscille entre 50 000 et 70 000 euros (+14% par rapport à 2016). De même, les data scientists voient leur rémunération augmenter de 13% pour les juniors et de 18% pour les profils confirmés. Leur salaire oscille entre 35 000 et 75 000 € par an, selon l’étude de rémunération 2017 de Robert Half. Enfin, les trafics managers ont également le vent en poupe. Un profil junior peut prétendre à un salaire compris entre 35 000 et 45 000 euros (+14% comparé à 2016) et un senior entre 45 000 et 60 000 euros (+19%). La raison de cette envolée de leur rémunération? Ces postes se complexifient. ” Les responsables social media envisagent leur métier d’une manière totalement différente de leurs prédécesseurs, contrairement aux community managers, blogueurs et aux ex-journalistes qui occupaient ces fonctions. Ils manient aussi bien les outils technologiques que la data “, observe Christophe de Bueil. Ils assurent la présence de la marque sur les réseaux sociaux en mode gestion de projet et en mesurant les retombées. ” Les enjeux sont tellement importants en termes de business que les organisations intègrent un patron, un head of social media, au siège ” ajoute l’expert. Les data scientists, issus d’école d’ingénieur ou des grandes écoles de commerce, sont également très recherchés, l’offre étant toujours supérieure à la demande. Épiphénomène, la hausse de salaire dont bénéficient les trafic managers témoigne de l’arrivée de profils plus pointus, tournés vers le programmatique.

Des profils en vogue : chief digital officer et product owner

D’ailleurs, les profils les plus sollicités s’inscrivent également dans cette tendance de la “double casquette”. Le chief digital officer, appelé à disparaître d’ici quelques années, lorsque les entreprises auront intégré le digital à toutes les fonctions, enregistre une légère baisse de sa rémunération (-2% comparé à 2016). Toutefois, il se voit gratifié du niveau de salaire le plus élevé du secteur : jusqu’à 350 000 €. Version contemporaine du chef de projet, le product owner, qui gère son projet comme un produit, bénéficie également d’une hausse de salaire (+ 9 %) : il peut ainsi prétendre à une rémunération comprise entre 42 000 et 68 000 euros par an. Enfin, le directeur e-commerce, fonction très mature, garde le cap. Rémunération stable (autour de 85 000 € par an), création de poste en augmentation, perspectives alléchantes… ” Les retailers, qui réalisent actuellement entre 2 et 6 % de leur CA via Internet, peuvent espérer multiplier cette part par deux voire trois. Les profils à valeur ajoutée ont donc encore un bel avenir à court terme ” commente Christophe de Bueil. Au final, le principal enjeu de la transformation des organisations étant l’agilité, ” de nouvelles fonctions vont apparaître dans les prochains mois comme les Chief Transformation Officer “, promet Christophe de Bueil. Des profils seniors qui capitaliseront sur leurs compétences alliant data et technologies…

Source

liker, tweeter, partager...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Filières du digital, Job Market, RH