La transformation digitale, un mal nécessaire ?

La transformation digitale est le moyen incontournable d’exploiter les technologies numériques capables aujourd’hui, et surtout demain, d’accélérer et mettre à niveau les activités de l’entreprise, aussi bien ses modèles et ses process en interne, que ses rapports avec ses clients et fournisseurs. Bien plus qu’un parti pris à la mode, ou une bulle spéculative, c’est une vision stratégique de développement vitale, pour survivre et pouvoir prospérer dans un avenir, pas si loin que ça et faire face à l’accélération fulgurante de l’innovation dans le digital, au service de l’entreprise.

Ce qui était il y a encore quelques années à peine une révolution marketing, c’était le cas pour des entreprises comme Amazon ou Uber, pour ne citer qu’elles (elles ont réinventé la méthode de commercialisation d’un produit ou d’un service), est en passe de devenir un processus inévitable dans la conduite du changement et le développement de l’entreprise, où il faut désormais  prendre en considération des intrants nouveaux, mais indispensables, comme le Cloud, le “Big Data” et un Marketing agressif et viral, dicté par l’expérience utilisateur et le sens volage que prend désormais l’expression “fidélisation du client”. Tout cela, face à une globalisation de l’exposition et des méthodes de gestion et de commercialisation devenues obsolètes avec les actuels moyens de communication et de diffusion de l’information. “OK!” Direz-vous, “le cas d’Uber est un business model atypique”, mais quel génie d’avoir été les premiers à le mettre en pratique ! Ce qui est sûr, c’est que ces nouvelles entités en passe de rejoindre le cercle fermé des “GAFA”* ont été des entreprises pionnières de la révolution digitale, ils ont définitivement scellé, aussi bien notre vision du business que notre perception du marché.

Ces belles aventures d’entreprises du digital qui ont réinventé les marchés et les habitudes de consommation, ont réécrit l’histoire et marqué par leur empreinte ce début du siècle.

Ceci dit, dans le cas de la majorité des entreprises qui ont déjà “pignon sur rue”, la transformation digitale, n’est pas une opération conventionnelle, ni un simple reconditionnement pour s’adapter aux velléités du marché, comme on changerait d’habillage pour une meilleure exposition, ce n’est pas non plus réinventer la roue. C’est, par contre, une conduite de changement qui obéit à des règles dictées par un marché en pleine mutation, qui nécessite un courage managérial, de sortir d’une zone de confort qui risque de devenir un handicap et menacer l’entreprise même dans sa survie. Car, la greffe du digital a déjà pris, comme l’invention de l’imprimerie en son temps qui a propulsé l’humanité dans l’âge du savoir universel, et donné naissance à des postures qui n’existaient pas auparavant comme “analphabète”, “illettré”… Ou au contraire, “instruit”, “érudit”…

La transformation digitale est une prise de conscience, et qui dit transformation, dit abandon de certaines pratiques et adoption d’une posture d’acteur pour le manager, dictée par les impératifs de “la conduite du changement”. Et au-delà des décisions stratégiques qui s’imposeront pour rendre l’entreprise en phase avec le marché, concernant son offre par exemple, il sera vain d’investir dans des machines, des process ou des logiciels, si cette conduite du changement n’est pas focalisée d’abords, et avant tout, sur les ressources humaines de l’entreprise. Sinon, point de salut sans une adhésion totale des collaborateurs et une attention particulière portée à une mise à niveau, en phase avec les ambitions du management. Il ne s’agira pas de monter des team-buildings ou organiser un séminaire pour expliquer avec des termes “extra-terrestres” pour eux les success stories des autres. Il s’agira d’écrire la vôtre et donc, d’embarquer tous vos collaborateurs dans la “navette spéciale” du changement. Pour ce faire, il est indispensable d’opter pour un accompagnement par des professionnels dont le métier est de vous organiser cette mutation et l’adapter à votre stratégie et ambitions en termes de retour sur investissement.

Mais avant tout, vous devez vous-même faire votre propre mise à jour, afin d’éviter et pouvoir faire face à des bugs qui risquent de survenir par la suite, en cas de résistance au changement par exemple, au sein de vos équipes. Car, il n’y a pas pire qu’un manager qui ne saurait pas imprimer ses convictions à ses équipes. Sinon, autant rester dans sa barque et attendre le déluge.

* L’acronyme GAFA désigne quatre des entreprises les plus puissantes du monde de l’internet à savoir : Google, Apple, Facebook et Amazon

Pour aller plus loin, je vous recommande la lecture de ce livre: Le guide de la transformation digitale

liker, tweeter, partager...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Stratégie Digitale, Transformation Digitale